"Ceci est un enregistrement historique de l'ancien site Web de l'USAIM. Recherchez-vous le site actuel?"

Les Femmes Qui Gardent Les Frontières de L’Afghanistan ET du Tadjikistan

La frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan s’étend sur plus de 1 300 kilomètres à travers un terrain accidenté et montagneux, traversant certains des endroits les plus inaccessibles et les plus reculés de la planète.

La géographie à elle seule en fait l’une des frontières les plus difficiles à gérer au monde. Mais la tâche à laquelle sont confrontées les agences frontalières tadjikes et afghanes est devenue encore plus difficile avec l’insécurité croissante dans le nord de l’Afghanistan depuis 2014.

Une meilleure coordination entre les gardes-frontières tadjiks et afghans est devenue essentielle alors que les deux parties tentent d’encourager les affaires transfrontalières légales, tout en luttant contre la menace souvent mortelle posée par les stupéfiants et les trafiquants d’êtres humains.

Dans ce contexte, l’Agence des Nations Unies pour les migrations, l’OIM, a organisé plus de 50 cours de formation conjoints pour les gardes-frontières tadjiks et afghans au Tadjikistan entre 2009 et 2014. Cependant, pour des raisons culturelles et opérationnelles, les participants étaient tous des hommes.

Mais en 2014, cela a changé lorsque, avec le soutien financier du Bureau américain des agences internationales de stupéfiants et de maintien de l’ordre (INL), l’OIM au Tadjikistan a organisé son premier cours de formation conjoint pour 15 femmes tadjikes et afghanes au Centre de formation des gardes-frontières de Douchanbé.

Le programme de 10 jours était le premier du genre et est devenu la base pour renforcer la confiance et améliorer la communication entre les agences frontalières tadjikes et afghanes. Les deux parties et l’OIM ont convenu que les femmes afghanes participant au premier cours pourraient être chaperonnées par des membres masculins de la famille – une pratique normale dans la culture afghane. Après avoir été assurées que les femmes recevront une formation sur le territoire de l’unité militaire où seules les femmes officiers ont accès et seront accompagnées en tout temps, leurs chaperons se sont rendus compte qu’il n’était pas nécessaire d’être présents.

Nadia, un officier de la police des frontières afghane, est l’une des 50 femmes afghanes qui, à ce jour, ont reçu une formation avec 51 femmes tadjikes. Elle a rejoint la police des frontières après la mort de son mari.

« La guerre est un malheur et elle a emporté mon mari. La guerre a emporté le seul soutien de famille de notre famille », dit Nadia. C’est alors que Nadia a commencé à chercher du travail pour subvenir aux besoins de ses deux enfants.

« J’avais besoin d’un emploi et j’ai cherché pendant des jours. Un jour, je suis allée chez mes voisins chercher du pain pour mes enfants et leur télé était allumée. C’est à ce moment-là que j’ai vu une annonce pour des postes vacants à la police des frontières », se souvient Nadia.

Nadia a été embauchée. Elle n’avait aucune expérience professionnelle mais elle a rapidement appris les ficelles du métier et les formations de l’OIM ont été l’occasion de faire avancer sa carrière.

« Ces formations m’ont permis d’acquérir de nouvelles connaissances en gestion humanitaire des frontières et m’ont permis de prendre confiance en moi. J’ai finalement été promue à un grade supérieur », raconte Nadia.

L’Agence des Nations Unies pour les migrations, l’OIM, a contribué à l’élaboration d’un programme de formation spécialisée pour les gardes-frontières féminins en tadjik et en dari. En outre, il a soutenu les efforts déployés par la Force frontalière tadjike pour améliorer ses politiques institutionnelles en matière d’égalité des sexes, y compris le recrutement et la fidélisation du personnel féminin, ainsi que la promotion de l’égalité sur le lieu de travail.

« Les gardes-frontières féminins sont formés pour développer les mêmes capacités que leurs homologues masculins en matière d’attention, d’observation et de responsabilité pour effectuer des tâches de contrôle aux frontières à un niveau professionnel », explique le capitaine Donaeva Sayora, chef de quart au point de contrôle frontalier de Khujand. « Ces formations conjointes avec des Tadjiks et des Afghans aident considérablement à améliorer leurs compétences et nous permettent de partager nos connaissances acquises avec eux. »

« Les données statistiques des forces frontalières du Tadjikistan ont montré que les gardes-frontières féminins sont souvent meilleurs que les hommes lorsqu’il s’agit de détecter des cas de traite des êtres humains ou de désamorcer des situations de conflit aux frontières », déclare Dragan Aleksoski, chef de mission de l’OIM au Tadjikistan. Selon une évaluation conjointe menée par l’OIM et les forces frontalières tadjikes, les femmes gardes-frontières auraient des compétences plus pointues pour détecter les faux documents, les erreurs dans les documents d’identité de ceux qui font l’objet d’une enquête et pour identifier les victimes de la traite.

« La formation les aide également à partager leurs préoccupations mutuelles et à échanger leurs expériences de travail dans la lutte contre les stupéfiants, la traite des êtres humains et l’instabilité dans les zones frontalières », explique Aleksoski. « Ces dernières années, le nombre d’employées de la Force frontalière tadjike a presque doublé, leur valeur dans la création d’une frontière stable et bien gérée », ajoute-t-il.

Dans le cadre de ses efforts plus larges pour promouvoir la participation des femmes à la gestion des frontières dans la région, l’OIM continuera à dispenser une formation aux gardes-frontières afghans et tadjiks jusqu’en 2017 et 2018. Elle continuera également à former des gardes-frontières masculins des deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.