"Ceci est un enregistrement historique de l'ancien site Web de l'USAIM. Recherchez-vous le site actuel?"

Des Migrants Victimes D’Abus de Passeurs AU Large du Yémen

« Ils nous ont dit de sauter. Certaines personnes ont crié et supplié les passeurs de nous emmener plus près, mais ils ont refusé et ont commencé à frapper les gens avec des bâtons. Ils avaient des AK47, donc tout le monde avait peur de se disputer, et les gens ont commencé à sauter à la mer. Malheureusement, très peu ont survécu. Je me souviens que certains étaient très jeunes et ne savaient pas nager. – Abdirahim Ilmi Aano, un migrant somalien

Chaque année, des milliers de migrants de la région de la Corne de l’Afrique, dont plus de la moitié sont des enfants, risquent leur vie sur cette route dangereuse à travers le Yémen déchiré par la guerre pour chercher de meilleures opportunités dans les pays du Golfe. Depuis janvier, l’OIM estime qu’environ 55 000 migrants, dont beaucoup de Somalie et d’Éthiopie, se sont embarqués sur cette route. Au moins 114 migrants sont morts ou sont toujours portés disparus au large des côtes, bien que le total réel soit probablement beaucoup plus élevé.

Le matin du 10 août, jusqu’à 180 migrants éthiopiens ont été violemment forcés dans la mer d’Oman par des passeurs. L’OIM a estimé qu’au moins six des migrants sont morts, leurs corps échoués sur la plage et 13 autres sont restés portés disparus. Ce drame est survenu un jour seulement après la mort présumée de 50 migrants éthiopiens et somaliens aux mains de passeurs lors d’un incident similaire au large des côtes yéménites.

Notre partenaire, l’OIM, a découvert les cadavres des migrants sur la plage. En tant que premier intervenant face à la catastrophe, l’OIM s’est efforcée de fournir de la nourriture, de l’eau et une assistance médicale d’urgence aux survivants.

Selon les témoignages de survivants recueillis par le personnel de l’OIM, les passeurs ont forcé les migrants à s’accroupir sur place pendant le voyage en mer de 24 à 36 heures de la Somalie au Yémen afin d’augmenter le nombre de personnes pouvant être entassées dans le bateau. Dans certains cas, les passeurs ont lié les mains des migrants, les rendant incapables de s’échapper.

« Le mépris total pour la vie humaine par ces passeurs, et tous les passeurs d’êtres humains dans le monde, n’est rien de moins qu’immoral. Que vaut la vie d’un adolescent ? Sur cette route vers les pays du Golfe, cela peut être aussi peu que 100 USD », a déclaré le directeur général de l’OIM, William L. Swing, à propos de la tragédie. « Je leur promets que l’OIM ne les oubliera pas et continuera à se battre pour protéger les droits et la dignité des futures générations de migrants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.